li

Work hard, Play hard... et un peu de déconne!

Quand il n'est pas occupé par son herbier, le petit P sème des pierres blanches dans la forêt... Adepte de vieilles séries policères allemandes, il n'est pas peu commun de le trouver en train de manger la choucroûte devant la télé!


12 octobre 2006

"You can sleep when you're dead"

C'est ce que disait Gustav Graves dans "Die Another Day". Et bien je suis un peu mort dimanche passé. Voilà l'histoire de mon week-end en commenceant par le vendredi matin:
Lever à 6h45 pour pouvoir envoyer un mail que j'aurais du envoyer la veille tard...
Boulot jusqu'à 21:40 et c'est là que cela se corse mon programme est le suivant pour samedi:
0930 - départ pour le brunch avec Chris V
1000 - déposer mes affaires à la gare
1300 - rdv avec la ZPF pour aller à l'Oktoberfest de ZH
1700 - quitter l'O-Fest, reprendre mes affaires, prendre le train
1930 - Lausanne, douche sur place
2000 - anniversaire de Vincent avec des photos et

Now for the facts:
Vendredi soir, 22heures, bière avec les frères Alchenberger. Puis Ü25 à la Toni Molkerei, où nous retrouvons Marcel et des amis à lui, ainsi que quelques BCG...
Au moment de partir 03:45, une demoiselle se fait aggresser par un mec sur la piste de danse, et c'est le début de la déviation de mon plan!

Elle est ennuyée par lui, je le vois bien... Et elle a la tête d'une fille qui préférerait danser avec moi, je danse donc avec elle! Je dis trois mots et elle en profite pour insulter mon uni, mon job et les hommes en général. Elle poursuit en m'admettant qu'elle est consultante aussi et en proposant un verre quelque part. Bien, nous allons donc boire un verre jusqu'à tard et quand je dis tard, c'est très tard, puisque elle finit au jus d'orange et café (moi chocolat chaud) avec croissant...

A peine arrivé à la maison, j'allais me coucher, mais un appel de Chris me convainc de juste me doucher et d'aller bruncher. Sound like a plan... Bien sûr au milieu de ma douche, il n'y a plus d'eau chaude. Je vous laisse imaginer à quel point je suis bien là, juste un peu cuit, fatigué jusqu'à l'os, savonné de pied en cap sans eau chaude...

Hilare donc je pars, en Porsche siouplé*, donc pour la seconde partie du périple... Brunch, okay, Oktoberfest, okay, vers 18 heures je quitte pour rentrer à Lausanne. Téléphone, c'est elle:
"ça te dit de venir manger avec moi chez des amis, tu es cordialement invité"
"WTF? Il me semble que j'avais mentionné que j'allais à Lausanne"
"Oui, mais je me suis dit que je pouvais peut-être te faire changer d'avis"

A ce moment-là, j'ai un flash de mec un peu emméché: On parle d'une miss qui a mentionné la nuit d'avant que "les one-night-stand, c'est comme un peu de sport... C'est juste du défoulement et un peu de transpiration", "J'espère voir le lever de soleil dans la maison au bord du lac, ça a l'air cool" ou encore "Si on fait les consultants sur tout, on finit par faire le break-even sur le nouveau soutien-gorge en dentelle: Est-ce que ça vaut la peine? Est-ce que suffisamment de personne vont le voir?"...

Et puis, je me dit** que je n'ai jamais couché avec une carriériste high-potential, mais qu'il doit y avoir une recherche de la performance qui doit être admirable***. Cette lacune, quand on y réfléchi, est impardonnable...

*** aparté ***
Ne sorté-je donc qu'avec des filles gentilles, mais peu ambitieuses? Et si oui, que signifie cet état de fait? Suis-je le prix de consolation auquel aucune high-potential ne toucherait jamais si elle en avait le choix? Ou n'y a-t-il simplement pas assez de high-potential "en free float" comme on dit dans les milieux boursiers? Sont-elles par défaut 1) timides et donc certainement pas avec moi ou 2) arrogantes et certainement prises? A explorer...
*** fin de l'aparté ***

Bref, pour une raison ou une autre, j'y vais et je m'en excuse auprès de Vincent, Mick et Victo (les principaux regrets de mon absence)... Repas fort agréable, débats passionnées, multiples verres de rouge (comme si j'avais besoin de ça), suivi d'un verre en ville (comme si j'avais besoin de ça)... Baisers furtifs et retour au bercail vers 2 heures, la dernière chose qui me traverse l'esprit alors que je suis à peine arrivé chez moi est

"Mon dieu, je ne l'ai jamais vu sobre"

We'll see about this coming week-end, I guess...

Ce soir, mes parents me rendent visite. De mon souvenir, c'est la première fois, à part pour ma remise de diplôme, que ma mère fait le déplacement pour moi depuis mon arrivée à Saint Gall****,

Bonne soirée à vous aussi,

P

* Chris V avait une Porsche a disposition, très sympa
** Si ne serait-ce qu'une lectrice arrive à me pardonner ces mots je serais déjà drôlement content...
*** Avec probablement une motivation digne d'une ricaine (cf. l'initiative de me proposer d'aller boire un verre samedi matin à 4:15 a.m.)
**** 23 oct 1999... 7 ans dans 11 jours!

1 Comments:

At 13 octobre, 2006 13:25, Blogger Vincent said...

Tu nous as manqué mais ton excuse est plus que valable...
Les vrais amis c est ceux qui comprennent qu'un one night stand vaut tout l'or du monde...surtout ceux qui ont en moins :-)

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home